Conseils pour bien vendre sa voiture

Vendre sa voiture soi-même plutôt que par le biais d’un concessionnaire est la garantie d’en tirer le meilleur prix. Cependant, réaliser une transaction de particulier à particulier n’est pas aisée et nécessite certaines précautions et certains préparatifs. Voici les bons réflexes à prendre pour éviter les mauvaises surprises.

Les bons supports de vente

vendre sa voitureL’affichage de l’annonce sur la vitre de la voiture à vendre et sur celle des autres véhicules de votre foyer est un moyen efficace et gratuit. Ce procédé vous assurera plus de retours concrets et moins d’appels inutiles de personnes curieuses mais pas forcément acheteuses puisque pour l’acquéreur, il s’agit d’un bon moyen de faire discrètement une première inspection de votre voiture. Privilégiez une écriture en gros sur une feuille A3 pour une visibilité optimale. Ensuite, la publication d’une petite annonce en ligne fonctionne bien et de nombreux sites d’annonces sont gratuits. Enfin, les journaux locaux et d’annonces généralistes offrent de bons résultats, tout comme les magazines spécialisés dans l’automobile surtout si la voiture à vendre est exclusive ou haut de gamme.

Une annonce bien rédigée

Pour passer une annonce efficace, certains éléments doivent impérativement y figurer. Ecrivez le prix en gros et en caractère gras pour une annonce affichée sur la vitre de la voiture. Indiquez la marque et le nom précis du modèle. Précisez la motorisation avec le carburant utilisé, la cylindrée et la puissance. Le kilométrage et l’année de mise en circulation doivent être aussi précis que possible. Les équipements principaux et les options peuvent être des critères décisifs. A l’exception de l’affichette sur la vitre du véhicule, vous devez prévoir des photos de la voiture sous tous les angles. Une annonce sans photo aura moins de chance d’être consultée par les internautes. De plus, les photos rassurent l’acheteur. Penser alors à photographier l’extérieur, notamment l’avant et l’arrière, les différents profils, les rayures éventuelles, les roues. Le futur acquéreur aura besoin de connaître l’état de l’intérieur du véhicule. Ainsi, prenez en photo le tableau de bord, l’état des sièges sans oublier le coffre. Pour finir, vos coordonnées téléphoniques, écrites en gros pour une annonce papier sur la vitre, sont bien entendu obligatoires.

La bonne attitude face aux prises de contact

Si votre véhicule est recherché ou que son prix est compétitif, les prises de contacts d’éventuels acheteurs pourront être nombreuses. Afin de ne pas perdre trop de temps inutilement, montrez-vous toujours courtois mais concis et précis dans vos réponses afin de ne pas perdre des heures à répondre à des mails de curieux qui ne se porteront jamais acquéreur. Privilégiez rapidement un rendez-vous physique plutôt que de prolonger des discussions par mail ou à des conversations téléphoniques interminables, surtout si l’acheteur ne réside pas trop loin de chez vous. Évitez de parler d’expérience mécanique malheureuse ou de vos exploits de pilote pour ne pas risquer de faire fuir le preneur.

Des recommandations indispensables pour une cession réussie

Pour réaliser au mieux la transaction, veillez à proposer un prix juste selon l’état et la marque du véhicule mais aussi en tenant compte de la cote Argus. Vous êtes parfaitement libre de proposer un tarif un peu au-dessus du marché actuel pour conserver une marge de négociation. Mais si vous ne vendez pas votre véhicule assez vite selon vous, la cause principale est probablement un prix trop élevé. Ne vous précipitez pas pour autant et laissez passer une semaine complète avant d’analyser le contenu de la semaine suivante pour prendre la décision de baisser le prix de l’annonce. En revanche si vous êtes pressé, vous pouvez immédiatement afficher un prix légèrement plus bas que la cote ou que la concurrence. Organisez-vous pour être toujours disponible. Vous devez être joignable au téléphone et être disponible rapidement pour un rendez-vous physique. Une fois que vous avez convenu d’une rencontre, il est préférable d’anticiper les questions du futur acheteur afin de ne pas être pris au dépourvu. Vous devez être capable de répondre à ce type d’interrogation :

  • Pourquoi vendez-vous votre véhicule ?
  • Quelle est sa consommation ?
  • Combien coûte un plein de carburant ?
  • Combien vous coûte l’assurance ?
  • Quels sont les pièces à remplacer prochainement ou à surveiller ?
  • Combien coûte une paire de pneus ?

vente-voiture-occasionAprès l’essai du véhicule s’engagera probablement la négociation. Abattez vos atouts les uns après les autres et restez sincère. Si la vente du véhicule n’est pas urgente, vous pouvez rester ferme sur le prix. Cependant si vous êtes pressé, et à moins d’être en possession d’un modèle particulièrement prisé sur le marché de la seconde main, vous devrez éventuellement consentir à quelques sacrifices tarifaires. Vous pouvez proposer les accessoires spécifiques au modèle dont vous ne vous servirez plus. Ce petit geste commercial ne peut que jouer en votre faveur pour conserver une meilleure marge. N’oubliez pas de prévenir votre assureur de la vente de votre voiture et de demander la résiliation de votre ancien contrat à la date de la transaction par lettre recommandée avec accusé de réception. Si ce n’est pas le cas et que le nouveau propriétaire ne s’assure pas, vous risquez de rencontrer des problèmes en cas d’incident. Par ailleurs, cette déclaration s’impose surtout pour ne pas continuer de payer les primes.

Les documents et les éléments à prévoir

Si votre automobile a su séduire l’acheteur, il est recommandé d’avoir préparé à l’avance les documents à remettre au nouveau propriétaire. Rangez-les dans une pochette de manière bien ordonnée. Ceci témoigne une fois de plus de votre sérieux et lui inspirera confiance quant à son achat. Munissez-vous du mode d’emploi et du carnet d’entretien du véhicule à jour, des factures d’entretien, du double des clés ainsi que de l’écrou antivol pour les jantes en alliage. Des documents administratifs sont obligatoires. Vous devez être en votre possession du justificatif du contrôle technique datant de moins de 6 mois, du certificat de situation ou certificat de non-gage datant de moins de 15 jours et du certificat de cession en trois exemplaires.